Le Ju-Jitsu

Ju-Jitsu, « Technique de la souplesse ».

L’un des plus vieux arts martiaux japonais. L’histoire rapporte de fameux combats où des lutteurs petits et agiles prenaient l’avantage sur des adversaires grands et puissants en pratiquant des formes souples de projections pour conclure parfois par des atémis. Après la guerre, les SAMOURAI, guerriers purs et durs craints et admirés dans la vie comme dans la mort n’ont plus besoin d’arts issus de la guerre. Enrôlés comme gardiens de la paix, ils doivent utiliser la souplesse et maîtriser la force. Maîtriser sans tuer et sans se faire tuer…qui plus est de le faire avec noblesse. Noblesse : une signification de ju-jitsu en japonais.

L’efficacité avec un minimum d’énergie les techniques « à mains nues », un moyen de défense personnelle. Ju-jitsu, art physique de projeter, frapper, étrangler, maintenir et tordre les articulations. Art du combat sans armes. Enchaînement de mouvements comprenant un atemi, une clé ou une projection, un atémi final au sol. Ju-jitsu pas pour se battre mais pour se défendre. Pas de médailles ou de coupes à gagner, pas d’orgueil envers les autres mais de la persévérance et du courage. Une école de vie dans une sorte de classe gigantesque où il y a tout à apprendre.

Malheureusement la violence évolue. Il y 20 ans on parlait d’une « bonne bagarre ». Aujourd’hui ce sont des agressions violentes, à plusieurs contre un avec couteaux, lames de rasoir, battes de baseball, bâtons, etc. Doit-on répondre à la violence par l’hyperviolence ? L’ANJ, sans perdre les traditions, a toujours voulu évoluer, se rapprocher de la réalité. Plusieurs voies mènent au sommet d’une montagne, qu’importe celle que tu as choisie, car une fois atteint la vue est la même pour ceux qui ont réussi. Ce n’est parce que tu as atteint le sommet d’une montagne que tu les as tous gravis.